Fondation des États-Unis | Vendredi 23 et samedi 24 juin : Performance chorégraphique « Instant T »
19871
single,single-post,postid-19871,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
LOVELABO_AUDE-ARAGO_photo-credit

Vendredi 23 et samedi 24 juin : Performance chorégraphique « Instant T »

France-site

 

Dans le cadre de sa résidence à la Fondation des États-Unis, Nathalie Broizat de la compagnie Love Labo présente sa nouvelle performance chorégraphique INSTANT T, qui interroge le phénomène de surinformation et son impact sur notre vie quotidienne dans une forme qui mêle l’humour et la dérision à la profondeur du propos.

Nous connaissons tous le sentiment de saturation, l’impression d’être dépassés, le sentiment d’immersion dans le chaos. Nous connaissons aussi le besoin de fuir, à la campagne, au soleil ou ailleurs. Ici, nous ne pourrons pas fuir. Nous serons là, ensemble, dans la salle de théâtre, le public tout autour, en ellipse, avec les objets, les instruments et les costumes et aussi l’actualité en masse.

Entrée libre, réservation souhaitée.

Vendredi 23 juin
Inscription
Samedi 24 juin
Inscription
Suivez l’actualité du spectacle sur la page de l’événement sur Facebook !

Biographies des artistes

NATHALIE BROIZAT
Après des études de danse en sport-études dès l’âge de 12 ans, Nathalie Broizat débute une carrière de danseuse à Lyon en parallèle à ses études universitaires. En 1998, après un Deug de Sociologie, elle obtient une Licence en Arts du Spectacle à Paris VIII. En 2000 elle reçoit la bourse Fulbright pour étudier à l’Institut Laban/Bartenieff de New York, où elle se spécialise sur le concept « Effort » de Laban. Elle passe 3 ans à New York où elle développe son travail et se fait reconnaître dans le milieu newyorkais du ‘Performance art’. Elle travaille aussi régulièrement pour la compagnie Accidental Movement dirigée par la chorégraphe Mariangela Lopez. Elle joue dans des lieux tels que la Judson Church, Danspaceproject à la St Marc Church, Dixon Place et le Wax… Puis, elle part vivre à Los Angeles pour travailler avec Rachel Rosenthal et devient membre de sa compagnie de théâtre expérimental, the Rachel Rosenthal Company, pendant plus de 6 ans. Elle travaille également pour d’autres metteurs en scène et chorégraphes tels que Yozmit, Peter Wing Healey et Simon Moore, et poursuit ses propres travaux en solo. Elle joue dans des lieux tels que le Getty Center, le Moca (Museum of Contemporary Art), Redcat et Highways Performance Space à Los Angeles. A plusieurs reprises, elle travaille avec Linda Sibio pour Cracked Eggs, une compagnie qui mêle acteurs professionnels et acteurs atteints de profonds troubles mentaux. Elle est régulièrement invitée par l’Université du Mississippi pour des performances et des workshops, et est invitée pour une performance solo au Single File Festival de Chicago. Nathalie Broizat est de retour en France depuis 6 ans où elle poursuit ses activités artistiques et renoue avec le milieu du spectacle vivant contemporain en France. Elle a créé sa compagnie Love Labo, en résidence à la Fondation des Etats-Unis (Cité internationale universitaire de Paris). Elle travaille actuellement sur le projet ‘HH’ avec Anne Rebeschini, présentée au Grenier Théâtre de Toulouse. Elle fait partie de la création 2015 de Marco Berrettini/Melk Prod, iFeel3 et fait partie de son prochain projet Body World Trip.

ANNE REBESCHINI
Toulousaine, elle vit entre Toulouse et Paris. Elle a été soliste dans la compagnie Pina Bausch (Café Müller, Le Sacre du Printemps, Palermo Palermo, Arien, Der Fersternputzer etc.) ainsi que danseuse à l’Opéra National de Paris où elle interprète tout le répertoire aussi bien classique que contemporain. Après l’obtention d’une maîtrise de Lettres à la Sorbonne, elle se tourne vers le jeu théâtral en 2005 en se formant chez Jean Périmony et à l’école internationale Jacques Lecoq. Depuis 2008, elle a travaillé sous les directions de J.Louis Martinelli (Les Fiancés de Loches, Une maison de poupée, Ithaque), M.Bozonnet (Stabat Mater Furiosa), F.Mas (ELLE-S), A.Marty (La mort à Venise), J.-P.Wenzel (Ombres portées) entre autres.

AGATHE HERRY
Après des études d’arts plastiques et de psychologie, Agathe se forme à partir de 2009 en tant que comédienne au conservatoire du XVème arrondissement de Paris, puis au CEPIT de l’EDT91. Elle a notamment pour professeurs Valérie Blanchon, Jean-Edouard Bodziac, Claude Buchvald, Gilles David, Pierre Debauche, Christian Jehanin. En 2015, elle intègre le Master de mise en scène et dramaturgie de Nanterre, où elle travaille avec Mathieu Bauer, Jean-Louis Besson, Agnès Bourgeois, Michel Cerda, Judith Depaule, David Lescot. Elle assiste John Adams à la mise en scène pour One hour Hamlet, puis Karim Bel Kacem pour Mesure pour mesure et travaille en tant que dramaturge avec Cyril Teste et le Collectif MxM pour Corp(us). À la création lumière, elle assiste David Debrinay dans le Lucrèce Borgia de Jean-Louis Benoit. En tant que comédienne, elle joue dans les créations de Youssouf Abi-Ayad, Bernard Bloch, Nathalie Broizat, Marion Camy-Palou, Laureline Collaviza. En 2017, elle réalise son premier projet de mise en scène: In Situ.

CLAIRE BESUELLE
Claire Besuelle se forme dans un étroit dialogue entre réflexion théorique et pratique. Ancienne élève du département d’études théâtrales de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (promotion 2009), elle passe un an au département de danse de l’Université du Québec à Montréal avant d’intégrer l’Ecole du Jeu, dirigée par Delphine Eliet (Paris), dont elle sort diplômée en 2014. Elle collabore en tant qu’interprète, directrice d’acteurs et metteur en scène à de nombreux projets au cours de ces années de formation (Collectif La Rétrogarde, Compagnie Le Tambour des Limbes, Compagnie Le Grand Monde, Compagnie ATRA). Elle obtient en 2015 une allocation doctorale pour mener une thèse en danse et études théâtrales : ses recherches portent sur les modalités de présence de l’interprète dans la création contemporaine, s’attachant à développer des outils de lecture du geste et du corps en scène, et à interroger les processus créatifs d’acteurs et de danseurs. Un projet qui enrichit son activité d’interprète autant qu’il s’y adosse.