Fondation des États-Unis | Vendredi 29 mai à 20h : Récital Exceptionnel d’Ivan Ilić | Ouverture de la Fete de la Cité
18017
single,single-post,postid-18017,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
Crédits Photo: DH Kong

Vendredi 29 mai à 20h : Récital Exceptionnel d’Ivan Ilić | Ouverture de la Fete de la Cité

« Un philosophe du son » –BR Klassik

Ivan Ilić est reçu à dix-sept ans à l’Université de Berkeley en Californie, où il remporte un Premier Prix de piano ainsi qu’un Bachelor’s Degree en mathématiques. Grâce à une bourse de Berkeley, Ivan Ilić poursuit ses études au Conservatoire Supérieur de Paris en 2001 et obtient un Premier Prix de piano. Il se perfectionne à l’École Normale dans les classes de Christian Ivaldi et de François-René Duchâble.

Il se produira dès lors à travers l’Europe, l’Amérique du Nord, et l’Asie. Durant ses années de formation, Ivan Ilić fut lauréat de la Fondation des États-Unis à Paris, de la Fondation Karić à Belgrade, de la Ville de Paris et de la Fondation Nadia et Lili Boulanger.

En 2014 son dernier album – The Transcendentalist – explore un répertoire de miniatures méditatives d’Alexandre Scriabine, John Cage, Morton Feldman, et Scott Wollschleger. Le disque est choisi comme « CD classique du mois » par TGV Magazine, reçoit le Clic de Classiquenews, le Coup de coeur de la radio bavaroise BR Klassik comme de la radio suisse romande Espace 2, une critique 5 étoiles du magazine tchèque Harmonie, le Top 5 CD du mois de Sinfini Music au Royaume-Uni, le prix Supersonic de Pizzicato Magazine, une critique 5 étoiles du Aachener Zeitung, et il est le CD recommandé de Listen Magazine aux USA.

En novembre 2014 l’abum a été nominé aux prix « International Classical Music Awards » dans la catégorie « Album de l’année ».

Ivan Ilić a dirigé l’édition d’un livre d’art en hommage au compositeur américain Morton Feldman, en collaboration avec la Haute école d’art et de design de Genève (HEAD) sorti en novembre 2014. Le Nouvel Obs salue « la sublime immobilité » de l’interprétation d’Ivan Ilić, et la Tribune de Genève écrit : « Sous les doigts d’Ivan Ilić, Feldman resurgit éthéré et émouvant ».

Au programme :

Frédéric Chopin
Nocturne Opus 9 no 1
Nocturne Opus 62 no 2
John Cage
In a Landscape (1948)
Alexandre Scriabine
Prélude Opus 16 no 1
Prélude Opus 31 no 1
Guirlandes Opus 73 no 2
Morton Feldman
Palais de Mari (1986)

Entrée gratuite.

Crédits Photo: DH Kong